La garde côtière veille sur la mer

Garde côtière

Centrale Garde Côtière

Emplacement

États-Unis
US

Avec les moyens des partenaires de la Garde côtière, la Centrale Garde côtière consituent le volet opérationnel de la Garde côtière. La Centrale Garde côtière est composée de deux services qui fonctionnent en étroite collaboration : le Centre Maritime de Sauvetage et de Coordination (MRCC) à Ostende et le Carrefour de l’Information  Maritime (MIK) à Zeebrugge. On peut comparer la Centrale Garde côtière avec les services 100 et 101 sur terre. Le MRCC assure la sécurité ou « safety » en mer et coordonne les sauvetages en mer. Le MIK assure la sûreté ou la « security » en mer et s’assure que la loi soit respectée en mer.

 

La Centrale Garde côtière surveille au moyen des véhicules, des hélicoptères et de l’avoin de surveillance des différents partenaires tout ce qui se déroule en mer. Les opérateurs de la Centrale Garde côtière veillent sur la mer à l’aide d’images radar, de cartes maritimes et d’informations météorologiques. Ils interviennent également préventivement pour éviter des accidents en mer.

Dans le MIK, des opérateurs de la marine, la police de la navigation et la douane collaborent étroitement pour s’assurer que toutes les lois soient respectées en mer. Le MIK détecte les activités illégales. Il peut s’agir d’actes terroristes en passant par le trafic d’êtres humains, les drogues et autres commerces illégaux jusqu’aux pratiques interdites de pêche et au déversement illégal d’hydrocarbure. Le contrôle par les partenaires de la Garde côtière compétents et dès lors une nécessité absolue.

Le MRCC est responsable de l’organisation du secours en période de crise. Lors d’une catastrophe en mer, le gouverneur de Flandre occidentale active le plan d’urgence mer du Nord. En coopération avec son comité de crise, il coordonne alors le secours à partir de la salle de crise du MRCC. Lors d’une catastrophe, le MRCC et le MIK sont en liaison directe avec le Centre de Crise du gouvernement et avec toutes les unités volantes et navigantes concernées par le secours.

Le Garde Côtière et la centrale garde côtière ne disposent pas des moyens propres, mais peuvent faire appel aux moyens des partenaires différents, comme les chaloupes de Vloot (Flotte), VBZR et Ship Support, les Seakings du ministère de la Défense, l'avion de surveillance de l'UGMM, etc. Tous ces moyens et la Centrale garde côtière constituent la part opérationelle de la Garde Côtière.